Education efficace à l'autogestion du Diabète

Diabete de type-1 et Hautes Montagnes

Diabete de type-1 et Hautes Montagnes

Pourquoi la haute montagne? Disons immédiatement que, comme toutes les activités sportives de haut niveau, même les ascensions en haute altitude ne font pas partie des traitements normaux prescrits aux personnes atteintes de diabète. Dans nos intentions, elles ont une triple valeur:

 

- Tout d’abord, elles constituent un message d’espoir pour tous, patients et membres de la famille, qui vivent chaque jour la difficulté d’une maladie considérée à tort comme encore souvent contraignante.

 

- En outre, les athlètes de haut niveau sont témoins de l'importance de bien contrôler son diabète pour bien vivre et bien fonctionner, et ils démontrent par leur exemple qu'un bon contrôle est réalisable... même dans des circonstances défavorables! Ce message, amplifié par la résonance de l'entreprise sportive, est plus susceptible d'être entendu par les jeunes et également par les personnes atteintes de diabète de type 2.

 

- Enfin, si l’on considère que les exploits des champions peuvent attirer vers le même sport, l’alpinisme de haut niveau a la valeur ajoutée de promouvoir des activités telles que la randonnée et le trekking en montagne, particulièrement saines, car elles sont aérobiques et habituellement prolongées, souvent sur quatre à six heures.

Selvaggio Blu-2019 - 10e réunion DAM

Selvaggio Blu-2019 - 10e réunion DAM

5-11 / 10/2019. Belle ductilité d'un acronyme! L'an dernier déjà, à l'occasion de l'ascension à la Cima Grande di Lavaredo, nous avons "plié" notre logo « Diabete e Alta Montagna » (Diabète et haute montagne) pour signifier « Diabete e Arrampicata in Montagna ». Cette année, lorsque - sur l'idée de Luigi Montanaro - nous nous sommes inscrits pour le célèbre trek de 7 jours surplombant les falaises abruptes du Supramonte de Baunei, dans l'est de la Sardaigne, l'embarras de notre logo a été facilement surmonté en convertissant sa signification en « Diabete e Arrampicata al Mare » (Diabète et escalade par la mer).

Selvaggio Blu (Bleu Sauvage) est un itinéraire décrit depuis la fin des années 1980, redécouvrant les anciens sentiers utilisés dans le passé par les charbonniers et les bergers sardes. L'itinéraire se déroule par la région de l'Ogliastra, et a été modifié au fil des ans pour l'adapter aux besoins des différents randonneurs. Bien sûr, nous avons choisi la version la plus exigeante (ou presque) parmi les propositions d'une des organisations locales: Explorando Supramonte.

Les participants. 20 personnes se sont jointes, dont: 9 malades chroniques (5 diabétiques T1, 2 atteints de maladie cœliaque, 1 atteinte de SEP, 1 post-cancer mammaire, 1 post-implantation valvulaire aortique); 4 alpinistes experts (dont le guide alpin Piero Bosetti et 3 moniteurs du CAI dont 2 diabétiques T1); 3 médecins diabétologues (AM, Gianfranco Poccia et Claudio Molaioni, atteint de diabète T1); 6 escortes non touchés par des maladies chroniques (Catia, Chiara, Costanza, Milena, Pierfrancesco, Sara).

Itinéraire. L'itinéraire comprend six étapes de 6-7 heures chacune consistant à marcher à un rythme calme sur un terrain variable, souvent karstique et presque toujours couvert par un maquis méditerranéen dense composé principalement de chênes verts, arbousiers, genévriers, bruyères arboricoles, balais, romarins, oliviers sauvages. Normalement, chaque étape, qui se développe du sud au nord pas loin de la côte à une hauteur moyenne de 300 m, se termine sur une plage (Portu Pedrosu, Cala Goloritzé, Cala Mariolu, Grotta del Fico, Cala Biriola, Cala Sisine), sur laquelle tous les soirs les organisateurs arrivent en canot pneumatique et déchargent la majeure partie de nos bagages avec tout le matériel que nous n'avions pas besoin de transporter dans notre sac à dos, ainsi que beaucoup d'eau, d'autres boissons et les aliments avec lesquels ils préparent un dîner, toujours très bon. Le lendemain matin, le canot revient pour préparer le petit déjeuner et livrer les sandwiches pour le repas de midi, ainsi que pour récupérer nos sacs avec tentes, sacs de couchage,  matelas et autres. La nouvelle étape peut donc commencer.

Une nuit spéciale a été celle dans la Grotta del Fico (Grotte du Figuier) - le dernier habitat connu de la Phoque Moine en Sardaigne - déjà explorée pendant plusieurs années en partie par les amis d'Explorando Supramonte et actuellement gérée par eux. Après une visite guidée avec Stefano, nous avons placé nos tentes dans l'atrium de la grotte et passé une nuit "étrange" à la fois pour l'humidité de l'environnement et pour les sons amplifiés par la voûte en dôme.

Les difficultés d'alpinisme du parcours ne sont pas très importantes, tant qu’on est familiarisé avec la descente en rappel. À partir du troisième jour, en effet, les descentes deviennent plus fréquentes et plus longues, souvent avec des tronçons dans le vide, pour culminer avec la spectaculaire descente de 50 m sur Cala Biriola. L’ancrage des rappels est presque toujours constitué d'un vieil arbre de genévrier et, pour ceux habitués à des ancrages suréquipés dans des falaises ou des voies rocheuses modernes, cela peut donner une étrange sensation. Toutefois on s’habitue rapidement à faire confiance au genévrier, un bois très solide et résistant, utilisé par les bergers pour construire d'anciennes bergeries, et souvent adopté le long des sentiers exposés pour créer des passerelles étroites mais dignes de confiance. Les petits arbres vivants accrochés au rocher sont évidemment si solides qu'ils supportent depuis des années le poids de randonneurs de plus en plus nombreux.

Quant aux difficultés de progression, elles consistent en de courtes séquences d'escalade généralement faciles, avec quelques passages de 4ème degré, et des traversées sur roche calcaire ou sur terrain glissant et exposé.

Compte tenu de la taille de notre groupe et des compétences d'alpinisme assez douteuses de certains participants, les organisateurs et notre guide ont préféré équiper les sections difficiles par des cordes fixes, permettant à chacun de progresser rapidement et en toute sécurité. Une seule via ferrata d'environ 100 m de longueur au nord de Cala Goloritzé, d'abord en transverse exposé puis en verticale sur l’arête, nous a plus excités que d'habitude pour la beauté de l'environnement et l'exposition totale au vide.

Réunion sur le diabète. Après l'étape plus courte, à Cala Biriola, en attendant le canot, nous avons pu organiser une réunion de groupe sur la prise en charge du diabète, à laquelle ont participé des médecins, des diabétiques et quelques compagnons. Il y a eu un échange de vues intéressant entre ceux qui préfèrent les injections d'insuline multiples et ceux qui préfèrent la pompe à insuline, et il a également été question de la surveillance continue de la glycémie avec les moyens les plus sophistiqués du moment, équipés ou non de systèmes d'alarme et possibilité d'agir automatiquement sur la pompe. L'origine des diabétiques de diverses régions du pays a ensuite détourné la discussion vers la facilité d'accès gratuite aux outils de traitement et de surveillance les plus sophistiqués dans certaines régions italiennes et des informations inattendues ont émergé.

Conditions météorologiques. Avec le temps, nous avons eu de la chance (mais pas énormément). En fait, le climat de début octobre dans cette région est idéal, assez frais pour marcher mais assez chaud en début d'après-midi, une fois arrivé sur les plages, pour profiter de magnifiques bains de mer. Dans notre semaine, il n'a jamais plu et cela a rendu tout plus agréable (y compris le montage et le démontage des tentes!). Cependant, le parfait succès du programme dépend aussi de la mer, qui ne doit pas être agitée, pour permettre au canot d'accoster sur les plages le soir et le lendemain matin. En deux jours, cela n'a pas eu lieu et les organisateurs ont été contraints par la mer agitée de nous faire abandonner la plage et d'opter pour une nuitée dans quelques campings, accessibles avec leur véhicule tout terrain par voie terrestre. Cependant, la capacité et l'inventivité des organisateurs nous ont permis de respecter pleinement le programme d'origine.

Conclusion. Après la dernière arrivée à Cala Mariolu, nous avons été emmenés avec deux bateaux pneumatiques à Santa Maria Navarrese, où notre aventure s'est terminée au restaurant avec un grand merci aux accompagnateurs Nicola, Sandro et Stefano, et aux organisateurs d'Explorando Supramonte: Claudio et Mario , ainsi qu'aux deux Manuela.

Puis nuit en B&B (enfin!) et le lendemain retour en ordre dispersé sur le continent... Avec tellement plus de souvenirs, et un peu de cœur en moins laissé dans les bois de l'Ogliastra.

Le groupe DAM en version mer (avec Nicola).

Cima Grande di Lavaredo-2018 - 8ème réunion DAM

Cima Grande di Lavaredo-2018 - 8ème réunion DAM

19-22/ 7/2018.Pour la première fois, le projet du groupe DAM prévoyait deux jours d'escalade, suivis de la montée habituelle en altitude, cette année au sommet de l'Ortler (m 3905) le long de la crête ouest de la classique "Voie des Meranesi". Les conditions météorologiques incertaines nous ont toutefois permis de ne réaliser que la première moitié du programme.

19 juillet.Ascension à la Cima Grande di Lavaredo(m 2999) par la voie « Normale »* sur la parois sud (Grohmann, Innerkofler, Salcher: 1869).

C'est une voie classique de difficulté technique pas très élevé, avec des passages de 3 ° /4 ° niveau inférieur, mais discrètement exigeant pour la longueur, l'exposition et la complexité du parcours. Nous l’avons attaquée en neuf (dont 4 atteints de diabète T1) divisés en quatre cordées: Marco Peruffo de Vicenza, créateur du projet, dirigeait la cordée de trois personnes, avec Paola Maldonato et son père AM; Giuseppe Astori, de Vicenza, a mené la cordée avec Luigi Montanaro; Pietro Vincenzi, également de Vicenza, a associé une autre personne atteinte de diabète; Piero Bosetti, le guide de Cortina, conduisait Costanza Micarelli. (Une curiosité: par hasard deux chefs de cordée étaient diabétiques et deux non ; une cordée était composé uniquement de diabétiques et une de non-diabétiques, tandis que deux autres étaient mixtes ; selon un schéma qui au fait à exploité toutes les combinaisons possibles: DNN , ND, DD, NN).

Pour éviter la foule, nous sommes partis du refuge Auronzo à 5h30 et à 10h00, nous étions au sommet. Un temps de ne pas record ? enregistrer mais de satisfaction complète pour un grand groupe, qui faisait également partie de certains néophytes qui grimpaient dans les montagnes. La descente, effectuée avec de nombreuses descentes sur une seule corde et des rappels, s’est déroulée en partie par un itinéraire alternatif, plus à l’ouest que de la normale, ce qui ne nous a toutefois probablement pas beaucoup épargné. À 14h30, neuf heures après le départ, nous rentrions au refuge, satisfaits de cette nouvelle réalisation du groupe DAM.

Les membres du groupe qui ne se sentaient pas prêts pour la varappe ont escaladé le mont Paterno (2746 m), adjacent aux Tre Cime et célèbre pour de nombreux événements historiques liés à la Première Guerre mondiale. Le fort alpiniste de Vicence, Giampaolo Casarotto, a gracieusement accepté la demande de MP de les accompagner jusqu'au sommet par la « via ferrata » normale. Catia Montebello, Martina Maddalena et Nicola De Marco ont ainsi pu apprécier l'ascension de ce sommet historique, également favorisée par un temps magnifique.

20 juilletMontée à Cima Brentoni Ovest (m 2584). Le programme prévu par MP consistait à gravir l’arrête sud, avec une difficulté de montée similaire à celle de la veille, puis à descendre par la voie normale, qui comporte quelques marches de 1 er et 2 e degré sur des rochers. La forte menace d’orages nous a toutefois amenés à choisir la voie normale aussi pour la montée. Les participants étaient 11, dont 6 avec le diabète T1. Juste avant le sommet, l’aggravation des conditions atmosphériques nous a incités à revenir en arrière. Seuls deux participants rapides: Pietro Vincenzi et Luigi Montanaro (tous deux atteints de diabète) ont été autorisés à continuer et, après environ une demi-heure, ils nous ont rejoint le long des rochers de la descente. Malgré les nuages noirs et les nombreux orages autour de nous, la météo nous a aidé et seules quelques gouttes nous sont parvenues avant de retourner au refuge.

Avant de partir, après un rapide repas au refuge Tenente Fabbro, nous avons échangé nos impressions sur l’autogestion du diabète. Luigi a loué les avantages de la nouvelle insuline rapide FIASP, qui, dit-il, est particulièrement efficace et utile avec la pompe. Tout le monde a manifesté son intérêt, mais ils ont convenu qu'il serait bon de la tester dans une vie normale avant de l'utiliser en montagne. Presque tous ont reconnu l'utilité de la surveillance continue de la glycémie, notamment avec des outils permettant d'obtenir des résultats et des prévisions fiables des tendances. En ce qui concerne les résultats de chacun, il y a eu deux épisodes d'hyperglycémie, qui ont été corrigés assez rapidement, et une seule hypoglycémie légère, très bien perçue à 75 mg/dl et facilement corrigée.

Mont Etna-2018 – 7ème réunion DAM

Mont Etna-2018 – 7ème réunion DAM

1-4 /3 2018Randonnées hivernales avec ski ou raquettes sur le mont Etna (3300 m).

Dix alpinistes atteints de diabète T1 ont participé (parmi eux Marco Peruffo et Cecilia Marchi, une avec SEP (Antonella Perna) et 11 accompagnateurs, dont 3 diabétologues (Valeria De Donno, Giampaolo Magro et AM).

Après les deux premiers jours de mauvais temps, avec vent fort accompagné de samedi même de neige mêlée de pluie, le dimanche 4 nous avons enfin pu faire face avec un temps assez bon à la montée au cratère central du côté sud à partir de la gare d'arrivée de la télécabine du Refuge Sapienza.

Après environ 900 m d’ascension, tous les participants ont atteint le bord du cratère par un vent froid contaminé par des vapeurs sulfureuses insupportables s’échappant des fissures du sol de lave. Sur les 22 participants, 14 (dont 6 atteints de diabète) ont utilisé des skis et des peaux de phoque pour monter et sont descendus à skis au refuge Sapienza; 8 (dont 4 atteints de diabète et un atteint de SEP) montaient et descendaient avec des crampons, la neige étant suffisamment dure pour ne pas nécessiter l'utilisation de raquettes.

Le rapport sur les ascensions hivernales au volcan Etna, une description (pour les non-experts) de ce que signifie aujourd'hui vivre avec le diabète de type 1, et les souvenirs vivants de certains participants sont publiés sur Planet Mountain, ainsi que une revue photographique de Maurizio Oviglia.

Mont Elbrus-2017 - 6ème réunion D.A.M.

Mont Elbrus-2017 - 6ème réunion D.A.M.

21-29 /7 2017. Montée au Mont Elbrus (5642 m), sommet ouest, du côté sud.

Cette année, nous visions haut: le toit de l'Europe, dans la chaîne du Caucase. Il s’agit d’une ascension longue mais peu exigeante qui attire de nombreux alpinistes du monde entier, notamment parce qu’elle fait partie des  « Seven Summits », c’est-à-dire les plus hauts sommets de chacun des continents.

11 alpinistes atteints de diabète T1, une atteinte de SEP (Antonelle Perna, qui pour la première fois a raconté sa décennale cohabitation avec l'interféron et la montagne), et 6 accompagnateurs dont un diabétologue (AM), le guide Piero Bosetti et une dentiste (Costanza Micarelli). Un total de 18 participants, dont 16 ont atteint le sommet.

21 juillet. Après une longue organisation de plusieurs mois, après quelques adhésions et quelques refus de dernière minute, nous nous retrouvons finalement à l'aéroport de Bergame, d'où partira le vol low cost Pegasus, qui, après une longue escale à Istanbul, nous conduira à Mineralnye Vody. La crainte d'une erreur dans le traitement des bagages, qui pourrait compromettre notre ascension, nous a amenés à garder sur nous l'essentiel, y compris les bottes d'altitude: ce qui nous rend assez étranges en ce torride mois de juillet.

Décollés à 14 heures, nous atterrissons à 1 heure de nuit sur le territoire russe et nous sommes chargés dans deux bus qui nous conduisent en trois heures à Terskol (2100 m), situé à la base du complexe volcanique d’Erbrus, où nous arrivons épuisés à 5 heures du matin dans le sympathique hôtel Alamat, base logistique de notre société de guides: la « Mountain Guide ». Quelques heures de sommeil et un petit-déjeuner copieux à 11 heures, puis une première excursion d'environ 600 m d'altitude dans l'après-midi, devant la crête rocheuse entourée de glaciers qui sépare notre région russe Kabardino-Balkarie de Géorgie.

Il nous a accueillis à l'aéroport, et restera avec nous jusqu'au départ, un très célèbre guide russe: Nickolay Cherniy, âgé de 79 ans, avec un curriculum impressionnant, comprenant deux fois l'Everest, de nombreux autres « 8000 » et de nombreux « 7000 »: avec nous, il montera sur le Elbrus pour la 77ème fois!

Le lendemain, une autre excursion d'acclimatation est prévue, aux cascades dites Maid's Braid et à un observatoire situé à 3 200 mètres d'altitude. La journée est pluvieuse et le départ s'effectue entre de nombreux grognements. Mais ensuite, les esprits (et le temps) se calment. Vers le milieu, le chemin est dominé par des formations de lave très intéressantes que Gianni, le géologue du groupe, illustre avec compétence et passion. La cascade appelée « Tresse de l’épouse » nous enchante par sa beauté. Enfin, en descente, une curieuse rencontre: un berger qui accompagne un grand troupeau de moutons parle bien l’italien et explique qu’il est marié à une italienne et vit normalement à Milan; en été, il revient là où il est né pour laisser paître le troupeau.

Enfin, le 24, nous montons au refuge Garabashi (3780 m) desservi par d’anciennes remontées mécaniques: un téléphérique à deux niveaux puis un télésiège. En réalité, plus qu’un abri, c’est un groupe de conteneurs métalliques équipés du pire avec des lits superposés et une salle commune servant de cafétéria. Ce qui nous frappe, c’est que toute la nourriture et l’eau fournies pendant notre séjour (3 ou 4 jours) c’est nous qui l’apportons, d’abord sur la camionnette qui nous accompagne à la base du téléphérique (2350 m) puis sur les remontées mécaniques. Avec nous également la jolie cuisinière, qui préparera et servira trois repas par jour. Quatre « forts » du groupe, après avoir aidé au transport du matériel, montent à pied, tandis que deux autres ne dédaignent que le télésiège, gravissant les 280 derniers mètres à pied.

L'après-midi, une ascension du glacier est prévue jusqu'à 4500 m d'altitude, tandis que le lendemain, veille de l'ascension au sommet: repos. Donc, après le déjeuner, nous grimpons en file indienne avec une allure lente et régulière, sur la neige maintenant molle, jusqu’à environ à 4200 m d’altitude, quand un fort coup de tonnerre nous induit à renoncer.

25 juillet. Le jour de repos est utilisé de différentes manières par les participants. Antonella et Costanza, qui ont de vieilles bottes en cuir trempées hier, profitent de l'occasion pour rentrer rapidement à l'hôtel Alamat, équipé d'un entrepôt stocké pour la location de tous les matériaux de haute altitude, où ils trouveront de belles bottes plastique Scarpa, qui, malgré les craintes justifiées, seront finalement parfaites. Je les accompagne, déterminés à profiter de la journée de congé et j'en profite pour me nettoyer un peu et récupérer mes Crocs. La plupart des autres montent le long du glacier jusqu'à 4500 m, et seule une petite minorité repose vraiment, sachant que même Antonella et Costanza, pour essayer les bottes, grimpent sous le dernier télésiège.

Pendant ce temps, à l'heure du déjeuner, cinq d'entre nous décident que, pour l'ascension au sommet, ils profiteront de la motoneige jusqu'à 4 600 mètres, tandis que les autres marcheront à partir du refuge.

26 juillet, ascension au sommet. La météo a été mauvaise pendant deux jours, mais aujourd’hui, comme prévu, la journée s’annonce belle, avec un léger vent de NE. Pour ceux qui ont décidé de partir à pied, l'alarme est à 1 heure et le départ à 2 heures. Pour les cinq personnes qui ont opté pour le motoneige, le départ aura lieu à 3 heures 30.

Toutes les heures et demie, les personnes atteintes de diabète vérifient leur glycémie et celles qui ont un lecteur continu vérifient leur fiabilité. Vers 4 heures, nous sommes fascinés par les premières lueurs de l’aube.

L'ascension se déroule régulièrement sans difficultés, le groupe étant divisé en trois sections, chacune accompagnée d'un guide. Avec l'altitude, cependant, le mal des montagnes commence à se faire sentir, limité pour certains à un peu de céphalée, mais pour deux participants, les symptômes sont plus prononcés et recommandent une descente rapide : un renonce donc autour de 4800 m ; un autre à 5300 m d’altitude, à moins de 2 heures du sommet.

Le beau temps nous aide également lors des 1 900 mètres de la descente, au cours de laquelle deux participants cèdent à la tentation d’un « stop » en motoneige, à partir de l’altitude habituelle de 4600 m.

Retour: temps de fête et de bilans. De retour à la base, un dîner convivial nous attend, pendant lequel Nickolay remet les diplômes du sommet. Mais d’abord, dans l’après-midi, nous nous réunissons pour réfléchir ensemble à notre expérience. Du point de vue de l'alpinisme, l'importance de l'acclimatation à haute altitude était évidente : les plus gros problèmes étaient de ceux qui n’ont pas pu monter au moins une fois autour de 4000 m au cours de la période précédant l'expédition. Cependant, l'ascension était libre de difficultés techniques et le beau temps nous a encore une fois aidés. Du point de vue diabétologique, l’importance d’un contrôle efficace et d’une vérification minutieuse de la glycémie a été confirmée : un épisode d’hypoglycémie assez grave, avec un léger état de confusion, a été brillamment surmonté et le patient a pu atteindre le sommet, reconnaissant rétrospectivement les erreurs commises. Les participants ont été invités à écrire: « Une chose que j'ai apprise/confirmée à propos du traitement de (mon) diabète ». Ci-dessous sont leurs écritures, et à suivre l'histoire photographique de la réunion.

Mont Cevedale-2016 – 5ème réunion D.A.M.

Mont Cevedale-2016 – 5ème réunion D.A.M.

15-17/ 7 2016, Groupe Ortles-Cevedale: Franchissement des pics sud. L'enthousiasme de Marco Peruffo l'a amené à proposer deux rencontres cette année. (La première, qui s’est déroulée aux Abruzzes autour du 1er mai, n’a pas été assistée par le beau temps et c’est limitée à trois agréables promenades: dans le parc national, aux grottes de Stiffe près de L'Aquila et sur le Gran Sasso. )

La proposition de juillet incluait la traversée des 13 sommets au sud du Mont Cevedale, une route de haute altitude classée AD-.

Participants: 9 alpinistes atteints de diabète T1 et 7 accompagnateurs, dont un médecin (AM), le guide Piero Bosetti et les deux alpinistes réputés Maurizio Oviglia et Giuseppe Astori. Parmi les « nouveaux achats » atteints de diabète T1, Cecilia Marchi, médecin gynécologue à Cagliari, forte alpiniste épouse de Maurizio Oviglia, a raconté son expérience vécue sur Planet Mountain.

Le départ s’est déroulé du parking du refuge Forni (m 2178), ou deux courageux purssont arrivés à pied, marchant avec leur lourds sacs à dos pour les 5 km de route de S. Caterina Valfurva. Au lieu de cela, trois prudents moins purs (dont moi-même) ont profité du transport en voiture pour se rendre au refuge Pizzini (2700 m), d'où ils ont également continué à pied. Dans tous les cas, les 16 participants se sont rencontrés au refuge Casati (m 3254), où ils ont séjourné dans deux petites chambres très spartiates.

Le lendemain, divisés en quatre cordées de 3 et une cordée de 4, dans des hauts et des bas continus, principalement sur des terrains mixtes, nous avons atteint et franchi les sommets de Mont Cevedale (m 3769), de Cime Cevedale (m 3757 ) (seulement deux cordées de 3), Mont Rosole (m 3529)Palon de la Mare (m 3685) et Mont Vioz (m 3645), pour atteindre après 9 heures le refuge Mantova (m 3535), heureusement beaucoup plus confortable que le précédent. Certains participants, peut-être pas encore bien entraînés, ont ressenti de la fatigue pour une étape plus difficile que prévu: deux en particulier n’avaient pas envie de faire face à une deuxième journée de hauts et de bas peut-être encore plus difficile que la précédente, et le matin suivant ils ont préféré retourner dans la vallée de manière autonome par le trajet le plus court.

Le troisième jour, départ à l'aube et, après avoir remonté le M. Vioz, nous avons traversé la Cime Linke(m 3631), d'où nous sommes descendus « à la corde » jusqu'à la colline Vioz (m 3330), puis traversâmes Pointe Taviela. (m 3612) et Cime de Pejo(m 3549). Sur cette dernière, nous avons mis fin à notre balade et, après une longue descente à travers le glacier des Forni, nous sommes arrivés au refuge Branca (m 2478), et de là, par un chemin cherretier (six d'entre nous utilisant le service de voiture!), le parking initial à l’altitude de 2178.

Le bilan alpin, même si nous n’avons pas gravi les 13 sommets, a été très respectable pour un groupe aussi nombreux. Du point de vue diabétologique, l'activité si intense et prolongée à haute altitude a constitué un défi permanent, même pour les plus expérimentés, qui ont été des guides et des exemples pour les « nouveaux venus ». Les épisodes d'hypoglycémie ont été plus ou moins un par chaque participant, toujours bien perçus et rapidement traités. Il n’a jamais été nécessaire d’utiliser les flacons de glucagon que nous avions avec nous.  

Bishorn-2015 – 4ème réunion D.A.M.

Bishorn-2015 – 4ème réunion D.A.M.

23-30/ 8 2015. A présent les réunions DAM sont une tradition bien établie et cette année, nous avons aussi un logo pour l'initiative, qui relie le diabète et les hautes montagnes avec un nœud d'amour.

Il faut dire que nous avions prévu le Weisshorn (4505 m) par sa crête nord, longue et difficile... peut-être trop pour beaucoup d'entre nous, qui ne se sont pas désespéré en apprenant que cette année la montagne était absolument impraticable.

Le bilan d'alpinisme est donc consisté à la crête du Blanc de Moming (3750 m) et au Trifthorn (3728 m) (photo à coté), atteints respectivement le 24 et 25 Août à partir de la Cabane de Mountet (2886 m); le 27 nous sommes allés à la Cabane de Tracuit (3256 m) et le 28 la plupart du groupe a escaladé la Crète de Milon (photo suivante) avec des passages de 4e et 5e degré, jusqu'à la Tête de Milon (3693 m), avec Piero Bosetti et 4 autres guides montés pour l'occasion. D'autres, avec Armand Salamin, ont atteint le Bishorn (4153 m), facile «4000» situé à la base de l'arête N du Weisshorn. Le 29, certains sont descendus à Zinal calmement, alors que le groupe des rapides, avec Marco Peruffo et Piero Bosetti, ont gravi le Bishorn et puis rejoint le reste du groupe à Zinal pour l'heure du déjeuner.

Les activités éducatives cette année, ayant plus de temps disponible, ont été formalisées en une série de réunions consacrées à la fois à la comparaison sur l'autogestion du diabète dans les conditions difficiles des hautes montagnes, et au récit de soi-même en utilisant l'approche autobiographique. Des moments particulièrement importants ont été deux rencontres avec Jean-Philippe Assal, père de l'éducation thérapeutique en Europe, et sa femme Tiziana, qui nous ont expliqué deux méthodes pédagogiques que eux ont introduit ces dernières années : le théâtre du vécu et les ateliers peinture.

Participants: 7 personnes diabétiques T1, 1 SEP, 1 accompagnateur et 2 diabétologues : AM et Gianfranco Poccia, plus 2 guides toujours présents: Piero Bosetti et Armand Salamin, et 5 autres guides (Andrea Basso, Carlo Cosi, Christian Hofmann, Ferruccio Svaluto Moreolo, Romain Tavelli) avec nous par moments.

 

La description détaillée de la réunion et les impressions des participants peuvent être téléchargées ici-bas

Dom-2014 – 3ème réunion D.A.M.

Dom-2014 – 3ème réunion D.A.M.

4-6/ 9, 2014. Après la réussite de l'ascension du Mont-Blanc l'an dernier, le désir de continuer à combiner éducation à l’autogestion du diabète et haute montagne nous emmène au Dom de Mischabel (Valais, Suisse) qui, avec ses 4545 m, est la plus haute montagne européenne situé entièrement dans un seul pays. En plus de Piero Bosetti, j'implique un guide suisse connu depuis de nombreuses années: Armand Salamin, et le rendez-vous est à Randa, dans la vallée de Zermatt, pour monter au refuge Domhütte (2940 m). Les participants sont 5 personnes avec DT1, 1 avec sclérose en plaques, 1 médecin et 2 accompagnateurs. Le matin du 6 nous partons divisés en trois cordées: deux - de 3 et 4 personnes - conduites par les guides, et une de 3 personnes conduite par Marco Peruffo. Une personne diabétique qui n'a pas été en mesure de s’entrainer dans les semaines précédentes, reste au refuge faire une randonnée.

 

Le temps est beau et dans les premières heures nous avançons à la lumière des lampes frontales, nous arrêtant toutes les heures / heures et demie pour un contrôle rapide de la glycémie. A l'aube, nous sommes à la base de la raide arête NW, dite Festigrat, et après avoir passé quelques passages difficiles, après presque 8 heures de montée, même les plus lents atteignent le sommet, pour puis descendre par la voie normale.

Ici on peut voir les photos de la montée au Dom.

Mont Blanc-2013, 2ème réunion Diabète et Haute Montagne (DAM)

Mont Blanc-2013, 2ème réunion Diabète et Haute Montagne (DAM)

2-7/9 2013. Deuxième tentative de montée au Mont-Blanc : le chemin choisi, connu sous le nom de Trois Monts Blancs, est le même que j'ai "exploré" avec Piero Bosetti en 2011 et aussi la période est la même parce que le climat il est généralement plus stable, et les refuges et les voies sont moins fréquentées. Le rapport photographique de cette ascension peut être vu ici.

Cette fois, nous prévoyons pour tous trois jours préliminaires d’entrainement/acclimatation sur le Mont Rosa. Ainsi, le 2 septembre lieu de rencontre pour tous: Gressoney la Trinité, pour monter jusqu'à 3585 m au Refuge Quintino Sella au Felik. Les participants sont 6 personnes avec DT1 (dont 1 médecin), 1 avec SEP, 4 médecins: AM, Gianfranco Poccia, Claudio Molaioni (avec DT1) et Gianfranco Rosati, en plus des deux guides Piero Bosetti et Paolo Pieroni... Au total 12 personnes, auxquels 2 seront ajoutés (1 avec DT1 et un accompagnateur non diabétique) pour la montée au Mont Blanc.

Le 3 Septembre départ à l'aube pour le Mont Castor (4 200 m) (photo au dessus). (Je ne participe pas à cause d’une micro-fracture dans un pied, causée par une chute pendant une escalade deux semaines avant, qui m’empêchera aussi la montée au Mont Blanc). Le 4 Septembre, traversée du Nez du Lyskamm (4100 m) (photo à coté) et descente à Morgex vers le confortable Hôtel Valdigne. La participante avec SEP, ayant souffert une malaise liée à un trouble intestinal, a décidé de se retirer, avec GR, l’un des médecins qui l’accompagnait. Le nombre total de participants reste à 11: 7 avec le diabète T1 et 4 accompagnateurs.

5 septembre: le téléphérique de Chamonix étant temporairement fermé, nous empruntons le téléphérique qui mène au Refuge Torino (3329 m). De là, nous traversons la Vallée Blanche jusqu'au Refuge des Cosmiques (3613 m). Dans la soirée 3 autres guides nous rejoignent, un guide pouvant accompagner un maximum de deux clients sur le Mont Blanc; nous connaissons donc Alessandro Bosio (*), Philippe Favre et Nicolas Meli.

Alessandro périra lors d'une chute tragique en juin 2017.

Le 6 septembre à 2 heures, le groupe part pour le sommet, divisé en 4 cordées de trois et une cordée de deux. Le temps est magnifique et le group atteindra les 4810 m du sommet aux premières lueurs de l'aube. Seule une cordée s’arrête au col de la Brenva (4303 m) en raison du malaise d’une personne atteinte de diabète, assisté et conseillé de s’abstenir par le Dr Poccia. De retour au refuge, après un petit repos, je demande aux participants de noter leurs impressions, que je rapporte ci-joint. Le médecin diabétique Claudio Molaioni est tellement impressionné par cette aventure qu’à son retour il décidera d’en faire un livre: Il Racconto Bianco.

 

Le matin du 7 septembre, on monte à l'Aiguille du Midi par sa effilée crête nord, et la réunion se termine avec la descente en téléphérique à Chamonix.

Ci-dessous l'histoire photographique de la réunion

Gran Paradiso-2012 - 1ère réunion « Diabete e Alta Montagna »

Gran Paradiso-2012 - 1ère réunion « Diabete e Alta Montagna »

10-14/ 2012.  Sept ans après l'ascension en Pamir, nous voulions renouveler le message que les personnes qui souffrent de diabète, aimants la montagne, de force et d'aptitudes normales, peuvent être très bien et même atteindre des sommets d'alpinisme et de bon contrôle qui autres peuvent estimer impossibles. Cette fois-ci, nous avons décidé de le faire avec l’ascension au sommet du Mont Blanc pour l’un de ses itinéraires « normaux ». Participants: 9 personnes atteintes de DT1 (dont 1 médecin), 1 atteinte de SEP, 3 diabétologues (dont 1 avec DT1) et 2 guides. Une partie des membres se sont retrouvés quelques jours auparavant sur le Grand Paradis (m 4061) pour s’entraîner et s’acclimater: 4 avec DT1, 1 avec SEP, 3 diabétologues: AM, Gianfranco Poccia et Claudio Molaioni (avec DT1), et le guide Piero Bosetti: 8 personnes en tout.

Par erreur, un des participants diabétiques est allé seul s'acclimater au refuge Plan de l'Aiguille (2207 m) du côté français du Mont Blanc, pour nous rencontrer lors de l'ascension de l'Aiguille du Midi... mais, vu comment ça s'est passé, le groupe ne le rencontrera que l'année prochaine.

En fait, après les trois jours passés au Refuge Vittorio Emanuele en Valsavaranche, au moment de notre déplacement au Mont Blanc,nous avons dû abandonner en raison de conditions météorologiques impossibles.

Les deux ascensions effectuées: sommet du Grand Paradis (4061 m) et Tresenta (3609 m), ainsi que le partage d'expériences en matière de gestion du diabète ont néanmoins jeté les bases de la poursuite de cette expérience d'éducation en altitude. A cette occasion, deux participants ont dépassé les 4000 m pour la première fois.

Ci-dessous les photos des excursions sur le Grand Paradis  ⇓

ISLET-2005 (International Snow Leopard Expedition Type-1)

ISLET-2005 (International Snow Leopard Expedition Type-1)

16/7-14/8 2005, Pamir, Kirghizistan. Expédition internationale ouverte à la participation d'alpinistes atteints de diabète de type 1 du monde entier. Le but alpinistique était le sommet du Pik Lenin, 7134 m. (Le terme Snow Leopard fait référence aux 5 principaux sommets de 7000 mètres de l'Alai-Pamir).

Participants: 9 alpinistes atteints de diabète de 3 pays, 5 alpinistes non diabétiques, 8 médecins (6 diabétologues italiens, dont 4 aspirants au sommet, et 2 médecins espagnols spécialistes en expéditions), 1 éducateur et 1 cameraman alpiniste.

L'expédition a été organisée par ADIQ (Alpinisti Diabetici in Quota, président M. Peruffo) et par ANIAD (Association nationale italienne des athlètes diabétiques, président Dr. G. Corigliano), avec le soutien de ComET.

Le résultat alpinistique est visible sur la photo. Huit personnes ont gravi les 7134 m du sommet: 3 atteintes de diabète, 4 accompagnateurs et le caméraman. Cinq personnes (3 diabétiques et 2 médecins) ont dépassé le camp 3, atteignant des altitudes comprises entre 6450 et 6800 m. Cinq personnes (1 diabétique, 2 médecins et 2 alpinistes de soutien) ont atteint les 6148 m du relief appelé Razdelnaya (juste avant le camp 3).

Presque tous les participants, revenant des camps en altitude, ont atteint à des jours différents le Mont Petrovskogo (4830 m), à partir de 3600 m du camp de base.

Comme cela a déjà été le cas en 2002 en Tanzanie, des médicaments, des appareils de diagnostic et des fonds ont été donnés à l’association diabétologique du Kirghizistan.

On peut télécharger ci-dessous: 1) quelques photos de l’expédition; 2) le récit de Giannermete Romani; 3) les impressions à chaud des participants italiens.

Diabétiques Italiens sur le Kilimandjaro (DIsK)

Diabétiques Italiens sur le Kilimandjaro (DIsK)

 

 

 

 

7-17/1 2002. Expédition organisée par le groupe ADiQ (Alpinisti Diabetici in Quota), présidé par Marco Peruffo. Participants: 11 personnes atteintes de diabète, 5 médecins, 1 conjoint.

La description détaillée de l’entreprise peut être téléchargée ci-dessous (ainsi qu'un bref récit de M. Peruffo sur son ascension suivante au Mont Kenia)  ⇓